Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Le mot menhir est la contraction de deux termes bretons: men (ou maen) qui signifie pierre, et hir qui signifie longue. L'ancien nom breton des menhirs était "peulvan" ou "peulven", et on le retrouve encore dans les noms de certains villages de la région comme "Keranpeulvenn", littéralement "le village du menhir". C'est à la fin du XVIII° siècle que Théophile Malo Corret dit La Tour d'Auvergne officialise les termes dolmen et menhir, pour désigner ces monuments qu'il attribue au Gaulois!

On appelle menhir un monument mégalithique composé d'une pierre plantée dans le sol par les populations de l'époque néolithique (et plus rarement à l'âge du bronze), ce qui correspond en Europe Occidentale à une période comprise entre 5500 et 1500 ans avant notre ère. Ces pierres, contrairement à une idée reçue, ne sont donc pas l'oeuvre des Gaulois, puisqu'elles ont été érigées plusieurs millénaires avant l'arrivée des premiers Celtes en Europe.

Deux vues du Menhir du Champ-Dollent à Dol-de-Bretagne (35)


Les menhirs peuvent être disposés de différentes manières:

. On trouve des pierres isolées (Menhir du Champ-Dollent à Dol-de-Bretagne, Menhir de Caillouan à Plésidy), certaines ont pu appartenir par le passé à des monuments tels qu'un groupe de menhirs alignés ou disposés en cercle.

. Lorsque des menhirs sont érigés sur une ou plusieurs files, on parle alors d'alignement (Le Cordon des Druides à Landéan, les alignements du Moulin à Saint-just, ou les célèbres alignements de Carnac).

. On désigne par l'expression enceinte mégalithique des constructions variées comme les cercles de pierre ( cromlec'h),  les hémicycles ( Le Tribunal à Saint-Just, les mégalithes de l'îlot d'Er Lannic), ou les quadrilatères ( Quadrilatère de Crucuno à Plouharnel).

. Les menhirs peuvent aussi être associés à un autre monument, tel un dolmen ou un tumulus.



Alignements de Kerzerho à Erdeven (56)


Un menhir peut être une pierre brute, roche isolée par l'érosion ou grossièrement débitée comme ceux des alignements de Carnac, ou bien être régularisée comme celui du Champ-Dollent à Dol-de-Bretagne. Le plus souvent les menhirs sont allongés ( ce qui leur a valu l'appellation de "Pierre Longue") et plus fins au sommet qu'à la base; cependant leurs formes peuvent varier considérablement.

De même, la taille d'un menhir peut aller de quelques décimètres à plusieurs mètres de haut. Le plus grand menhir connu au monde, le Men Er Grah situé à Locmariaquer, est aujourd'hui couché et brisé en quatre morceaux, il mesurait plus de 20m; celui de Kerloas dans la commune de Plouarzel est actuellement le plus haut menhir dressé, il atteint 9,50 m au dessus du sol depuis que la foudre en a brisé l'extrémité au XVIII ° siècle. Il devait autrefois mesurer entre 10 et 12m.

Plus rarement, les menhirs peuvent être sculptés ou gravés ( Menhir de la Tremblay à Saint-Samson-sur-Rance). Il est fort possible que davantage de menhirs aient comporté des gravures, mais celles-ci auraient disparu avec l'érosion.

 

La Roche Longue à Quintin (22)


Les fouilles aux pieds des menhirs ont systématiquement révélé une fosse dans laquelle le mégalithe est enfoncé et calé avec de petites pierres. Les pierres sont enfoncées au minimum d'un dixième de leur taille, et au maximum d'un tiers. Des objets, tessons de poterie, éclats de silex ou charbons de bois ont été retrouvés dans certaines de ces fosses. Ils prouvent que ces pierres sont bien des monuments érigés par l'homme, et permettent d'estimer leur date de construction, notamment grâce aux analyses radiocarbones. Les Alignements du Moulin à Saint-Just ont ainsi livré quelques fragments datés entre -4500 et -3000 avant notre ère.

Derrière leur apparente simplicité, les menhirs sont sans aucun doute les monuments mégalithiques les plus énigmatiques. Nombre de théories ont été élaborées à leur sujet, mais aucune ne semble faire l'unanimité à ce jour. Certaines hypothèses sont particulièrement fantastiques, attribuant leur création aux fées, au Diable voire même aux extraterrestres; d'autres plus rationnelles, définissent les menhirs comme des bornes indicatrices, des instruments d'études astronomiques, des calendriers ou des idoles religieuses, cependant elles n'ont pu être totalement démontrées. Il est aujour'hui communément admis que les menhirs ne sont pas des tombes, mais ils ont pu être associés à des rites funéraires, ou symboliser l'esprit des morts. Le nombre d'interprétations, d'hypothèses et de théories est infini. 

On peut être sûr que la construction de ces monuments a demandé des efforts considérables et a du monopoliser sur de longues durées des populations très bien organisées. Certaines de leurs constructions qui parfois défient l'entendement ont traversé les millénaires et font partie intégrante de notre histoire.

 


Men Er Grah, le grand menhir brisé à Locmariaquer (56)

Partager cette page

Repost 0
Publié par