Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 16:30

Ces menhirs se trouvent sur les Landes de Cojoux à Saint-Just (35550) en Ille-et-Vilaine.

 



L'ensemble de mégalithes appelé les Demoiselles de Cojoux ou les Roches Piquées est un petit alignement de menhirs situé sur la Grée de Cojoux. Cet alignement orienté Nord-Est / Sud-Ouest est composé de deux menhirs hauts d'environ 3m, auxquels s'ajoutent deux autres blocs couchés à l'Est, un petit et un grand.

L'une des pierres dressées est en poudingue de Gourin à petits galets de quartz, tandis que l'autre, très impressionnante, correspond à un filon de quartz recristallisé et plissé. Ces pierres pourraient provenir des filons de quartz des landes de Quily situés à environ 3km de Cojoux.

Les exemples anciens et modernes de réemploi de mégalithes sont nombreux à Saint-Just, et il est probable que cet ensemble ait compté plus de pierres à l'origine. Celles-ci auraient pu être réutilisées pour la construction d'autres monuments dès le néolithique ou à l'âge du bronze.

 


D'après la légende, les Demoiselles de Cojoux sont des jeunes filles pétrifiées par Dieu parce qu'elles préféraient danser sur les landes un dimanche plutôt que d'aller à la messe. On retrouve cette même légende à quelques kilomètres de Saint-Just, aux alignements des Demoiselles de Langon.

Le père Bernard Corbes, guide du site de Cojoux pendant de nombreuses années, compléta cette légende à sa manière. Il fit remarquer un jour aux visiteurs que les deux pierres couchées étaient une jeune fille-mère et l'enfant dont elle venait d'accoucher en cachette! On voit ainsi qu'au fil des siècles, loin d'être ignorées, ces pierres érigées il y a plusieurs millénaires ont continué d'occuper une place très importante dans l'imaginaire collectif et ont servi notamment à l'évangélisation de la Bretagne.

 


Matériaux: Quartz, poudingue de Gourin.

Datation: Entre -4000 et -3000 avant notre ère.

Classé MH
: 18 juillet 1978

Autres noms
: Les Roches Piquées, Les Demoiselles Piquées

Localisation
: Sur la Grée de Cojoux à quelques centaines de mètres à l'ouest des alignements du Moulin.

A proximité:
. Les Alignements du Moulin
. Le Château Bû
. L'allée couverte du Tréal ( 2km)
. Les Demoiselles à Langon ( environ 10km)

Repost 0
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 19:42

Ces alignements de menhirs se trouvent sur les Landes de Cojoux, à Saint-Just (35550) dans l'Ille-et-Vilaine.

 


 File nord des Alignements du Moulin


Les alignements du Moulin occupent l'extrémité Est du site des Landes de Cojoux, près d'un ancien moulin transformé en habitation secondaire. Cet ensemble s'étend sur plus de 300m de long et 40m de large en contrebas de la crête. Il est composé de trois files de menhirs taillés dans le schiste local ou dans du quartz blanc qui pourrait provenir d'un filon situé à plusieurs kilomètres.

 


Files sud & nord des alignements du Moulin


Les deux files principales sont orientées sur un axe est / ouest, ce qui correspond à l'orientation de la ligne de crête de la Grée de Cojoux, et peut aussi être lié symboliquement aux positions du lever et du coucher du soleil.
. La file nord mesure 115m de long, elle est composée d'une quinzaine de blocs de quartz, et elle est orientée à 105°.
. La deuxième file, une douzaine de menhirs en schiste, est située environ 10m plus au sud. Elle s'étend sur 65m de long sur un axe à 117°. Les files nord et sud sont donc légèrement divergentes.
. Une troisième file perpendiculaire orientée nord / sud (15°) est visible un peu plus à l'ouest, au niveau où se croisent les axes des deux files principales. Elle comprend 5 blocs de quartz.

 


Plan des 3 files de menhirs du Moulin.


On retrouve donc ici, comme à Carnac, une disposition globale assez fréquente pour des alignements, avec les files principales sur un axe est / ouest et une file nord / sud jouant peut être un rôle "complémentaire". L'hypothèse selon laquelle les alignements servaient à observer le mouvement des astres est intéressante, mais rien ne permet de prouver que ces ensembles mégalithiques aient été érigé dans ce but. Il est possible que l'orientation des files de menhirs n'ait pris en compte que des considérations d'ordre topologique et géologique.

 


File sud des alignements du Moulin


Le site du Moulin est un des rares alignements de menhirs dont on a pu estimer l'âge. Lors des fouilles dirigées en 1980 par Charles-Tanguy Leroux, deux foyers de la file sud ont été datés de -4730 à -4380 avant notre ère. C'est donc au V° millénaire, dès le début de la période néolithique, que sont érigés les premiers menhirs en schiste qui comptent parmi les plus vieux monuments de Saint-Just. Les archéologues ont également découvert aux pieds des menhirs une véritable chaussée de pierres, une sorte de cairn bas très allongé sur lequel furent érigés plus tard d'autres monolithes. L'ensemble était apparement complété par des structures en bois dont on n'a malheureusement conservé que de très rares traces indiquant simplement les positions de certains poteaux.

Les menhirs en quartz de la file nord et de la file ouest ont sans doute été érigés au cours d'une seconde phase entre -4000 et -3000, puis le site fut de nouveau modifié à l'âge du bronze. Entre -2000 et -1500 des blocs de la file nord furent abbatus et réemployés pour construire des sépultures individuelles dont un coffre mégalithique. Une urne de 55cm de haut a été retrouvée enfouie dans la file sud. Les analyses des charbons de bois ont permis d'estimer la datation entre -2780 et -2180. Parmi les autres découvertes, des gobelets de style "campaniforme" ( en forme de cloche) démontrent l'influence des poteries d'origine hollandaise ou rhénane, et révèlent que le site était encore occupé à la fin du néolithique et au début de l'âge du bronze.

 


Au premier plan la file sud, derrière 2 blocs de la file nord et au fond l'ancien moulin


Matériau: Schiste et quartz.

Datation
: Les files de menhirs sont érigées entre -4700 et -3000 apparemment en deux phases essentielles de construction. Vers -1500, une sépulture en coffre est aménagée dans la file nord.

Localisation
: Au nord-est du bourg de Saint-Just, sur le site mégalithique des Landes de Cojoux.

A proximité
:
. Les Demoiselles de Cojoux
. Le Château Bû
. L'allée couverte du Tréal à 2km au nord-ouest de Saint-Just
. Alignements des Demoiselles de Langon ( environ 10km)
. Alignements des Pierres Droites à Monteneuf (environ 30km)

 

alignements du Moulin - Saint-Just
La chaussée de pierres visible durant les fouilles de 1980. Photo de J.Briard

Bibliographie:
. Pierre-Roland Giot, La Bretagne des mégalithes; éditions Ouest-France
. Jacques Briard, Les mégalithes, ésotérisme et réalité; éditions Jean-Paul Gisserot
. Jacques Briard, Dolmens & menhirs de Bretagne; éditions Jean-Paul Gisserot
. Jacques Briard, Maurice Gautier, Gilles Leroux, Les mégalithes de Saint-Just; éditions Jean-Paul Gisserot
. Cyrille Chaigneau, Des mégalithes et des hommes aujourd'hui en pays de Redon; Nature & mégalithes - CPIE Val de Vilaine

Repost 0
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 16:14

Cet ensemble mégalithique se situe sur les landes de Cojoux à Saint-Just (35550) en Ille-et-Vilaine.


Les Alignements du Moulin


En Pays de Redon, le site de la Grée de Cojoux près du bourg de Saint-Just a conservé l'un des ensembles mégalithiques les plus intéressants de Bretagne. Sur quelques kilomètres de landes sèches sont représentés quasiment tous les types de monuments connus, alignement de menhirs, allée couverte, enceinte en hémicycle, tumulus, et même certaines formes d'architectures complexes uniques en Europe. Le site a été occupée sur une très longue période par des populations du Néolithique et de l'Âge du Bronze, et certaines constructions ont été réutilisées et transformées au cours des siècles.

 

Les Demoiselles de Cojoux


La Grée de Cojoux est une crête rocheuse qui s'étend d'est en ouest, où affleurent le schiste mauve, une roche feuilletée qui se débite facilement et qui a servi à la construction de nombreux mégalithes. Cette roche recherchée pour sa couleur si particulière est encore exploitée de nos jours dans les carrières de Saint-Just. Sur une butte appelée le Rocher du Tréal à 2km du bourg, on trouve des affleurements impressionnants d'une roche à gros galets, le poudingue de Montfort. L'allée couverte du Tréal a été construite à quelques mètres de cet affleurement. Enfin des blocs de quartz blanc ont également été utilisés à Cojoux, notamment aux alignements du Moulin, au Château Bû et au Tribunal. Ces blocs pourraient provenir des filons de quartz des landes de Quily, un site distant de plusieurs kilomètres.



Le Château Bû


. Les plus anciennes constructions connues sur le site de Cojoux sont datées du début du V° millénaire avant notre ère. Entre -4700 et -4000 sont érigés les premiers menhirs en schiste aux alignements du Moulin, ainsi que des dolmens à couloir et une sépulture en fosse sur le site de la Croix Saint-Pierre plus à l'ouest.

. Entre -4000 et -3000 est construit au Château Bû un premier dolmen à couloir qui sera complété par des chambres latérales. C'est peut être à cette époque que sont érigés les menhirs en quartz de l'hémicycle du Tribunal, des Demoiselles de Cojoux et des alignements du Moulin, ainsi que les tertres de la Croix Saint-Pierre et de la Croix Madame.

. Au néolithique final, vers -2500 sont construites les allées couvertes à entrée latérale du Four Sarrazin et du Rocher du Tréal.

. Enfin, à l'Âge du Bronze, entre -2000 et -1500, le dolmen du Château Bû est recouvert d'un tumulus dans lequel sont aménagées de grandes sépultures individuelles. De la même manière, une sépulture en coffre est construite à cette époque dans les alignements du Moulin, et des aménagements comparables sont réalisés dans les différents dolmens de la Croix Saint-Pierre.



Le Château Bû


. Au XIX° siècle, les mégalithes de Saint-Just sont décrits par des archéologues qui dressent des inventaires détaillés du site, évoquant notamment un certain nombre de monuments aujourd'hui disparus. Au début du XX° siècle, beaucoup de mégalithes sont utilisés pour la construction de la Grotte Notre-Dame de Lourdes dans le bourg de Saint-just. Après la seconde guerre mondiale, c'est en l'honneur des résistants morts au combat que sont déplacés et réemployés plusieurs menhirs de la région.

. Jusqu'à 1960, les landes de cojoux sont exploitées par les agriculteurs notamment pour le pâturage et la culture du sarrazin, mais avec le remembrement et l'évolution des pratiques agricoles les landes sont progressivement abandonnées et boisées par des résineux. En 1976 et en 1989 des incendies ravagent les landes, mettant en péril un écosystème précieux et endommageant les pierres des mégalithes.

. Le tertre de la Croix Saint-Pierre est d'abord fouillé en 1953 par une équipe d'archéologues dirigée par Pierre-Roland Giot. Suite aux incendies de 1976, de nouvelles fouilles sont effectuées aux alignements du Moulin, et le site est classé comme espace naturel protégé. Après 1989, d'importants travaux de restauration de la lande sont mis en oeuvre, et les sites du Château Bû et de la Croix Saint-Pierre sont fouillés de 1990 à 1992.



Le Dolmen Ouest de la Croix Saint-Pierre


. L'intérêt principal du site de Cojoux réside dans l'impressionnante diversité de son patrimoine archéologique conservé dans un cadre naturel d'exception. Si les monuments n'étonnent pas forcément par leur "gigantisme", on retrouve à Saint-Just des mégalithes de toutes sortes, témoignant que cet endroit devait être à la fin de la préhistoire un centre majeur où furent pratiqués des rites religieux et funéraires durant plus de 3000 ans. Les vestiges de Saint-just nous montrent des exemples uniques de constructions transformées progressivement par des générations successives qui avaient sans doute des croyances et des coutumes très différentes les unes des autres.



L'hémicycle du Tribunal


D'est en ouest, on peut voir aujourd'hui sur les landes la Grée de Cojoux les monuments suivants:

. Les Alignements du Moulin
. Les Demoiselles de Cojoux
. Le Château Bû
. Les dolmens, tertres et tombelles de la Croix Saint-Pierre
. L'hémicycle du Tribunal
. L'allée couverte du Four Sarrazin

Localisation: à moins d'un kilomètre à l'ouest du bourg de Saint-just, à environ 45 Km au sud-ouest de Rennes.

Accès: Les landes sont en accès libre et gratuit toute l'année. Le parcours de découverte est indiqué et ponctué de bornes explicatives assez bien faites. Certains mégalithes sont protégés par des petites barrières en harmonie avec le paysage. Le Château Bû en revanche est entouré de grillages horribles et il est très difficile de voir comment est fait ce monument.

A proximité:
. Allée couverte du Rocher du Tréal à environ 2km au Nord-Ouest du bourg de Saint-Just
. Alignements des Pierres Droites à Monteneuf

Contact:
. Association "Nature & Mégalithes"
10 allée des cerisiers, 35550 Saint-Just.
Tel: 02.99.72.69.25
naturetmegalithes@wanadoo.fr
www.landes-de-cojoux.com

Bibliographie:
. Jacques Briard, Maurice Gautier, Gilles Leroux, Les mégalithes de Saint-Just; éditions Jean-Paul Gisserot
. Jacques Briard, Dolmens & menhirs de Bretagne; éditions Jean-Paul Gisserot
. Cyrille Chaigneau, Des mégalithes et des hommes aujourd'hui en pays de Redon; Nature & mégalithes - CPIE Val de Vilaine

 

Repost 0
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 15:43
Ce dolmen de type allée couverte se trouve sur la butte du Rocher du Tréal dans la commune de Saint-Just (35550) en Ille-et-Vilaine.


Vue de la façade sud, extrémité ouest


La commune de Saint-Just en pays de Redon, à environ 45Km au sud-ouest de Rennes, possède l'un des plus importants sites mégalithiques de Bretagne intérieure. Si l'essentiel des monuments se trouvent sur la Grée de Cojoux près du bourg, il faut signaler ce très beau dolmen, sur le Rocher du Tréal à environ 2km au nord-ouest de Saint-Just. 


Le Dolmen du Tréal est une allée couverte à entrée latérale qui s'apparente aux monuments d'Europe du Nord ( Danemark, Nord de l'Allemagne). Il est situé sur une crête rocheuse où sont visibles des affleurements impressionnants de Poundingue de Monfort, une roche à gros galet qui a servi à la construction de beaucoup de monuments de la région. 


Vue du sud-est avec l'entrée latérale au premier plan.


L'allée couverte du Tréal mesure 15,5m de long pour 1,2m de large. Elle est orientée nord-ouest / sud-est et l'entrée se fait sur le côté par deux dalles perpendiculaires à l'extrémité sud-est. Composé de 14 dalles du côté nord, de 11 dalles du côté sud, et de 10 dalles de couverture le monument est construit en poudingue de Monfort, à quelques centaines de mètres de l'affleurement principal. La fragilité de cette roche avait causé l'effondrement des dalles du côté sud, puis des dalles de couverture. Une importante campagne de fouilles et de restaurations menée entre 1990 et 1992 a permis de remettre en place les pilliers et la couverture.


Vue intérieure avec le pavage de la chambre.


Un pavage de petites dalles recouvrait le fond de la chambre, et le monument était inscrit dans un cairn composé de pierres de différentes tailles. Quelques fragments de matériel retrouvés dans le dallage ont permis d'estimer la date de construction du monument au néolithique final, environ 2500 ans avant notre ère. Il s'agit de poteries, de pointes de flèches et de pendeloques en grès et en cristal de roche. La découverte des traces d'une fosse contenant des poteries et silex datant de -3500, antérieure à la construction du dolmen, a révélé que le Rocher du Tréal était occupé dès le IV° millénaire avant notre ère.

Sur les landes de Cojoux, l'allée couverte du Four Sarrazin est un autre exemple de dolmen en allée avec entrée latérale, très proche dans la forme du Dolmen du Tréal mais plus court et moins bien conservé.


Vue de l'extrémité ouest


Datation: -3000 / -2500 avant notre ère.

Matériaux: Poundingue de Monfort

Bibliographie: J. Briard, M. Gautier, G. Leroux, Les Mégalithes de Saint-Just, éditions Jean-Paul Gisserot 

A proximité: Site mégalithique des Landes de Cojoux à Saint-Just comprenant notamment les Alignements du Moulin, le Château Bu, les dolmens & tumulus de la Croix Saint-Pierre, et l'allée couverte du Four Sarrazin.


Le Dolmen du Tréal avant restauration; détail d'une photo de J. Briard


Repost 0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 10:37
Ce menhir se situe à 2 km au sud de Dol-de-Bretagne (35120) en Ille-et-Vilaine.


Haut de 9,30m au dessus du sol, le menhir du Champ-Dollent est l'un des plus grands mégalithes encore dressés aujourd'hui. Cet énorme bloc de granit dont le poids avoisine les 125 tonnes est érigé sur un sol schisteux, et aurait donc été transporté sur une distance d'au moins 4 Km.

Sa surface soigneusement polie à été apparemment régularisée avec des percuteurs de quartz ou de dolérite. Au pied du menhir on peut également voir un bloc de dolérite. Il est possible que les différentes variétés de roche aient eu des significations particulières pour les populations qui érigèrent les mégalithes.

Au XIX° siècle, ce "monument païen" était surmonté d'un Christ en croix en métal comme en atteste une lithographie de 1846 et une ancienne carte postale (voir ci-dessous).

Il s'agit du mégalithe le plus anciennement cité par un érudit en Bretagne, Dubuisson-Aubenay en 1636.


De nombreuses légendes sont associées à ce célèbre mégalithe. Le nom "Champ-Dollent" viendrait du latin campus doloris qui signifie le champ de la douleur. Dans des temps reculés, une bataille opposant 2 frères ennemis et leurs armées aurait eu lieu sur ce site. La bataille fut une véritable hécatombe, à tel point qu'un torrent de sang aurait actionné la roue d'un moulin situé en contrebas dans le val. On raconte que le menhir serait tombé des cieux pour se ficher en terre à son emplacement actuel, séparant les deux frères et mettant fin à la bataille.

Une autre légende raconte qu'un jour le Diable, voyant Saint-Samson construire la cathédrale de Dol-de-Bretagne, tenta de la détruire en lançant un rocher arraché au Mont Dol. Il manqua sa cible et la pierre n'atteignit que la partie supérieure d'une tour de l'édifice (aujourd'hui encore manquante) avant de se planter en terre à quelques kilomètres de là.

On raconte également que le Menhir s'enfonce sous terre de quelques centimètres chaque année, et que sa disparition complète marquera la fin du monde. Il serait déjà enfoncé de 5m dans le sol...

Bloc de dolérite au pied du menhir du Champ-Dollent

Dimensions :
. hauteur au-dessus du sol : 9,30m
. circonférence : 8,70m à sa base
. largeur : 1,80m en moyenne
. épaisseur : 1m en moyenne
. poids: 125 tonnes

Datation : époque néolithique, sans doute entre 4500 et 3000 avant notre ère.

Classé MH : 01 janvier 1889

Localisation
: Lieu-dit le Champ-Dollent, à 2km au sud-est de Dol-de-Bretagne, sur la route de Combourg, près du hameau de Carfantin. Le menhir est indiqué depuis le centre-ville de Dol-de-Bretagne.

Dessin de H. Lorette, Lithographie Landais et Oberthur Album Breton, Paris N. Coquebert, 1846.



Repost 0