Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Le mot dolmen, d'origine bretonne, est constitué des termes dol (ou daol, taol) qui veut dire table, et men (ou maen) qui signifie pierre.

C'est un terme généraliste qui désigne des monuments mégalithiques composés, dans leur version la plus simple, de plusieurs grandes pierres formant une chambre. La chambre est le plus souvent constituée d'une ou plusieurs pierre(s) disposées à l'horizontale appelées tables de couverture, reposant sur des pierres plantées en sol et servant de pilliers appelées orthostates; un dolmen ayant ainsi effectivement l'aspect d'une "table de pierre". La dalle du fond de la chambre est appelée "dalle de chevet", il est possible que dans certains dolmens cette dalle ait eu une signification particulière.

Certaines chambres dolméniques ont une couverture en forme de four réalisée en pierres sèches, on parle alors de chambre en "tholos". Ces constructions contemporaines des menhirs et des dolmens utilisent peu (ou pas) de grandes pierres mais sont tout de même apparentées aux mégalithes, et font partie du groupe des dolmens. On en trouve notamment dans le Finistère à Carn, Guennoc et Barnenez.

Dolmen de Crucuno à Plouharnel (56)

Les monuments tels qu'on les voit aujourd'hui ont rarement conservé leur aspect d'origine. Réduits le plus souvent à leur structure interne, les dolmens ne sont que les squelettes de constructions plus complexes dont on a conservé quelques rares exemples ( Cairn de Kercado à Carnac, de Gavrinis à Larmor-Baden). On pense aujourd'hui que tous les dolmens étaient certainement recouverts d'un cairn et/ou d'un tumulus qui ont disparu au fil des siècles par l'action conjuguée de la nature et des hommes. Le site de la Table des Marchand à Locmariaquer (56) nous montre un bel exemple de dolmen ayant retrouvé son cairn suite aux importants travaux de restaurations menés ces dernières années.

Un certain nombre de dolmens présentent des gravures ou des bas-reliefs. L'exemple le plus impressionnant est le Cairn de Gavrinis dont presque toutes les pierres du couloir et de la chambre sont couvertes de gravures. On trouve d'autres exemples intéressants à Locmariaquer ( Table des Marchand, Dolmen coudé des Pierres Plates), à Commana ( Allée couverte du Mougau), mais aussi dans d'autres régions comme par exemple l'allée couverte d'Aveny à Dampsmesnil (27). Il est possible que certaines de ces figures soient plus anciennes que le dolmen lui-même, il s'agirait de dalles ayant appartenu à des monuments démantelés dès l'époque néolithique.

Dans les régions où le calcaire est abondant, certains monuments ont livré des ossements humains, parfois en très grand nombre comme à la Chaussée-Tirancourt dans la Somme (80). Par analogie, on a souvent considéré que tous les monuments dont les vestiges présentent des similitudes étaient des sépultures. Certains dolmens sont considérés comme des monuments funéraires bien qu'aucun ossement n'y ait été retrouvé. Selon la nature des sols, la conservation des os, s'il y en a eu, n'a pas toujours été possible. A mon sens, le fait que certains dolmens aient servi de tombeaux ne signifie pas forcément que tous ont eu cette seule et unique fonction. En l'absence de preuves, toutes les interprétations ne sont que pures hypothèses.

Allée couverte du Tréal à Saint-Just (35), vue intérieure de la chambre.

Bien que tous les dolmens soient différents, on relève entre eux des caractéristiques communes, permettant d'élaborer une classification des monuments. On distingue les types de dolmens suivants:

. Dolmen simple: Constitué d'une unique chambre sans couloir, c'est la forme la plus simple comprenant une dalle de couverture soutenue par un certain nombre de pilliers.

.
Dolmen à couloir: Monument formé d'une chambre à laquelle on accède par un couloir. Le plafond du couloir est plus bas que celui de la chambre. Il existe différents types de dolmens à couloir selon le nombre et la disposition des chambres et des couloirs. Il s'agirait apparement d'une des formes les plus anciennes de dolmens, construits entre -5000 et -3000 avant notre ère.

. Dolmen coudé: Dolmen à couloir souvent assez long présentant un plan coudé ou plus rarement en angle de 90° (on parle alors de dolmen en équerre). Ces dolmens semblent dater du néolithique final, vers -3000 / -2000 BC.

. Dolmen angevin: Style régional de dolmen souvent très grand avec un vestibule d'entrée surmonté d'un imposant portique, une antichambre et une grande chambre rectangulaire cloisonnée. Le vestibule est généralement plus étroit et plus bas que la chambre principale. On parle également de "dolmens de type Loire" car on les retrouve essentiellement dans la région de Saumur.

La Roche aux Fées à Essé (35)  - dolmen de type angevin.
Photo provenant de Wikimedia commons.

. Dolmen transepté: Monument avec des petites chambres de chaque côté du couloir principal.
 
. Dolmen en V: Dolmen à entrée étroite dont le couloir s'élargit progressivement jusqu'au fond de la chambre (Dolmen de Liscuis à Laniscat).

. Allée couverte (ou Dolmen en allée): Monument composé d'une grande chambre dont toutes les dalles de couverture sont à la même hauteur, à laquelle on accède par une entrée très courte. ( Voir l'article détaillé)

Allée couverte de la Pierre Percée à Trie-Château (60) avec sa dalle-hublot typique du Bassin Parisien

. Allée couverte arc-boutée: Dolmen en allée dont les pilliers latéraux sont inclinés et reposent les uns contre les autres. Ces dolmens ont la particularité de ne pas posséder de table de couverture.


Partager cette page

Repost 0
Publié par